www.methode-anti-stress.com

 Stop stress · Boutique · Plan du site · Prévisions météo · Stop Tabac

Toutes les methodes gratuites anti-stress
 

 Spasmophilie tétanie

 Maladie qui rend nerveux

 Magnésium

 Hyperthyroïdie

 Hypoglycémie

 hypoglycémie sang

 Les voies digestives

 Ulcère d’estomac

 Colite spasmodique

 Eréthisme cardiaque

 Peau et les cheveux

 Peau

 Acné

 Acné et nourriture

 Acné nervosité

 Pellicules sur cuir chevelu

 Perte de cheveu

 Perte aigues

 Perte chroniques

 Magnésium

 Psoriasis

 Psoriasis traitements

 Lichen plan

 Vitiligo

 Sommeil  -   Durée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 

 

 

SPECIAL STRESS : L’hypoglycémie

 

Pour garder un taux constant de sucre dans le sang, mangez dès le lever

Pour remédier à cette sorte de cercle vicieux, que constituent les alternances d’hypo et d’hyperglycémie, vous devez faire un véritable repas le matin au petit déjeuner. N’hésitez pas à manger du fromage, de la viande, des œufs ou du poisson et surtout, des fruits. Puis, vers 10 ou 11 heures, imposez-vous une petite récréation de dix minutes au cours de laquelle vous consommerez un fruit, un jus de fruits ou des gâteaux secs. Le repas de midi sera léger, et vous prendrez de nouveau une petite récréation vers 15 ou 16 heures avec un autre petit en-cas. Vous verrez probablement votre fatigue et votre somnolence de ces moments-là disparaître ainsi que, par enchantement, votre nervosité.

 

Méfiez-vous des médicaments qui rendent nerveux

 

Ils sont assez nombreux et, la plupart du temps, votre médecin ou votre pharmacien vous préviennent de cette action secondaire lors de leur prescription ou de leur délivrance. N’hésitez pas à rappeler votre état nerveux quand vous consultez un médecin autre que votre médecin de famille. Il ne songera peut-être pas à s’enquérir de vos réactions avant de rédiger son ordonnance. De toute façon, vérifiez toujours sur la notice des médicaments prescrits la rubrique « effets secondaires ».

En outre, chaque personne réagit d’une façon qui lui est propre ; tel ou tel médicament qui aura réussi à votre voisin ne vous réussira peut-être pas, même si vous présentez la même maladie. Ainsi, un certain sirop antiallergique que l’on prescrit aux enfants pour les faire dormir peut très bien énerver certains d’entre eux d’une façon paradoxale. Le gardénal donné aux enfants qui font des convulsions agite parfois plus qu’il ne calme.

Il y a en tout cas deux sortes de thérapeutiques actuellement très répandues, génératrices à coup sûr de nervosité : les thérapeutiques antifatigue et stimulatrices de la mémoire, et les thérapeutiques amaigrissantes. Ne prenez pas de vitamine C après 17 heures...

La fatigue est la litanie qui revient le plus souvent au cours des consultations médicales. Elle est rarement liée à une affection organique, mais, avant de l’affirmer, un bilan médical s’impose, qui permettra de ne pas passer à côté d’une maladie réelle. Le plus souvent, il s’agit d’un manque de magnésium, mais celui-ci n’est pas toujours diagnostiqué par votre médecin ; vous repartez alors avec l’ordonnance d’un antifatigue quelconque, et il y en a beaucoup. Or, la plupart contiennent de la vitamine C, qui est neurostimulante et qu’il faut se garder de prendre en trop grande quantité, et surtout après 17 heures, car l’on risquerait fort bien de ne pas pouvoir s’endormir.

La vitamine C est, bien sûr, une vitamine et non pas un médicament, mais elle excite le système nerveux et si, en plus, vous en prenez en grande quantité mélangée avec du café bien noir et fumez quelques paquets de cigarettes, vous pouvez imaginer (si vous ne l’avez déjà subi) le résultat que cela va donner. Il en va de même pour les médicaments de la mémoire. Il est illusoire de penser que l’on puisse acquérir une mémoire universelle en absorbant un produit chimique ou naturel (comme les œufs de certains poissons riches en A.D.N.). Tout au plus pourrait-on, à la lumière de certaines expériences faites sur des vers qui s’entre-dévoraient, manger le contenu du crâne de la personne dont on admire le plus la mémoire ! Les découvertes récentes sur la mémoire des planaires (sorte de vers plats) sont assez édifiantes.

 Si l’on soumet un planaire à une décharge électrique douloureuse en même temps qu’un jet de lumière, l’animal se contractera à chaque fois que l’on enverra sur son corps le jet de lumière car il aura associé lumière et douleur. Si l’on coupe ensuite ce planaire en petits morceaux et que ceux-ci sont mangés par d’autres planaires, les planaires cannibales intégreront cette information et se contracteront par la suite en présence de lumière. On explique ce phénomène par le fait que la mémoire biologique transportée par l’A.R.N. (acide ribonucléique) de transfert peut s’intégrer d’un planaire à un autre.

 

Donc la plupart des traitements pour la mémoire contiennent obligatoirement des psychostimulants qui peuvent entraîner une petite nervosité, susceptible de paraître, pour certains, la preuve d’efficacité du médicament.

 

Et sachez que couper l’appétit coupe en même temps le sommeil

Quant au problème des traitements amaigrissants, il est d’actualité. Il est bien évident que, pour maigrir, il ne faut pas manger trop, ou il faut éliminer en détruisant au maximum les calories ingérées. Pour ne pas trop manger, il existe des anorexigènes ou « coupe-faim » très efficaces, mais tous tirés d’une molécule appelée amphétamine qui énerve beaucoup. Le « coupe-faim » idéal n’existe pas encore. Rien ne vous interdit de prendre pendant quelque temps des modérateurs d’appétit, si cela peut vous aider à démarrer un régime alimentaire sérieux, et à condition que votre cœur, votre tension artérielle et votre système nerveux vous le permettent ; mais dites-vous bien que vous serez énervé, irritable, de mauvaise humeur, et susceptible d’avoir des nuits agitées si vous en prenez l’après-midi.

Quant aux hormones thyroïdiennes destinées à accélérer le métabolisme de destruction des graisses, celles-ci peuvent, à la limite, avec beaucoup de réserves et sous surveillance médicale stricte, être prescrites à très faibles doses. Mais la prescription est l’affaire de votre médecin. Sachez seulement que les hormones thyroïdiennes peuvent vous rendre nerveux et demandez toujours à votre médecin spécialiste de vous préciser, quand il vous prescrit un traitement amaigrissant sous forme de gélules composées, comme cela se fait couramment pour la simplicité du traitement, si celles-ci contiennent, même à faibles doses, des extraits thyroïdiens.

 

 

 

 

www.methode-anti-stress.com

Toutes les methodes gratuites anti-stress
 

 Accueil Site

 

 Boutique

 La Fatigue

 Le Yoga

 Dentiste

 Cheveux

 Contact

 Mentions légales


 Derniers articles

 Le sommeil


 

Musicothérapie

 Produit du moment

Comment Vaincre l'Anxiété

 

 
 
 Partenaires

 Le divorce

 Conseils-juridiques